Le vélo pour les nuls / Supporters /

Publié le 28-12-2015

Classification UCI : le Da Vinci Code !

Cela n’a pas pu vous échapper. Sur le calendrier du team Direct Energie comme dans la presse sportive, pour chaque course de vélo, il y a un code : 1.HC, 2.1, 2.WT… Et pour le supporter non-initié, cela ressemble plus à un signe cabalistique qu’à une information compréhensible. Et pourtant, c’est simple, il suffit qu’on vous explique.

Course d’un jour ou course à étape : apprenez à les reconnaître.

La catégorie d’une course est donc un code composé d’un premier chiffre, d’un point (destiné à séparer le premier chiffre de ce qui suit), et d’un second chiffre ou de lettres. Penchons-nous d’abord sur le premier chiffre. Avant le point, donc.

– Si c’est un 1 : la course en question est une épreuve d’une seule journée.

– Si c’est un 2 : c’est une course à étapes, donc sur deux jours ou plus.

Et c’est tout. Jusque-là c’est simple, non ?

Après le point : une histoire de prestige

Maintenant que le 1 et le 2 – avant le point – n’ont plus de secret pour vous, regardons ce qu’il y a après le point. L’affaire est un peu plus délicate : soit il y a des lettres, soit il y a des chiffres. Mais heureusement, il y a peu de possibilités.

  • Cas n°1 : le point est suivi des lettres «WT »

Cela signifie que la course considérée fait partie du Calendrier « World Tour » de l’Union Cycliste Internationale, et que vous y retrouverez donc obligatoirement les 18 équipes de « 1ère division mondiale », et quelques équipes invitées. En d’autres termes, cela signifie qu’il s’agit des courses les plus prestigieuses du monde : les grands Tours, les grandes Classiques…

Exemple : le Tour de France, le Giro, le Paris-Nice, le Critérium du Dauphiné sont des courses 2.WT, le Paris-Roubaix, le Milan-San Remo ou le Grand Prix de Plouay sont des courses 1.WT.

  • Cas n°2 : le point est suivi des lettres « HC»

Le sigle HC, utilisé dans toutes les langues, provient du français « Hors-Catégorie », comme pour certains cols de montagne, mais certains disent que cela veut également dire Historical Calendar. Ce qui veut dire que la course est une institution prestigieuse, mais pas suffisamment pour entrer dans la catégorie « World Tour ».

Exemple : les 4 jours de Dunkerque ou le Critérium International sont des courses 2.HC, le Paris-Tours ou la Flèche Brabançonne sont des courses 1.HC.

  • Cas n°3 : le point est suivi d’un (autre) chiffre (1 ou 2)

Le prestige de la course est alors moindre que pour les courses WT ou HC. Une course « .1 » occupe donc le « 3ème niveau de prestige », une course « .2 » le quatrième.

Exemple : le Grand Prix d’Isbergues, le Tro Bro Léon ou le Paris-Camembert sont des courses 1.1 ; le Tour du Poitou-Charentes ou le Tour du Yorkshire sont des courses 2.1.

L’équipe Direct Energie, parce qu’elle est professionnelle, n’est quasiment jamais engagée sur des courses en catégorie inférieures.

 

3 choses à retenir de ces classements 

– La codification d’une course permet de comprendre si c’est une course à étape ou d’un jour, et quel en est le prestige « estimé » par l’UCI.

– Mais n’importe quelle course, même de catégorie « .2 », est disputée par des dizaines de coureurs qui n’ont qu’un seul objectif : la gagner, et qui donneront tout pour cela !

– Et puis une course, c’est une fête pour une région, une équipe d’organisation, des supporters le long des routes, et pour tous ces amoureux du vélo, la codification importe bien peu !

 

C’est tout pour aujourd’hui. A bientôt !

data-href="http://www.teamdirectenergie.com/classification-uci/" data-numposts="5">

À lire également

Corinne, la chef d’orchestre
Lire