Les offs /

Lylian Lebreton : « Une saison très satisfaisante ! »

Publié le 26-10-2017

Lylian Lebreton tire le bilan de la saison 2017 et pense déjà à 2018. Interview d’un Directeur Sportif fier de ses coureurs !

Quel bilan tires-tu de cette saison 2017 du Team Direct Energie ?

C’est une saison très satisfaisante ! Après une saison riche en succès en 2016 (25), ce n’est jamais simple de maintenir cette spirale en place l’année suivante. Non seulement, nous y sommes parvenus avec 24 victoires mais surtout en y ajoutant une de prestige sur le Tour de France.

De plus, nous avons su maintenir un degré de performance élevé tout au long de la saison même si la réussite nous a un peu fui après le Tour.

Quel est ton meilleur souvenir de la saison ?

La victoire de Lilian sur le Tour fût forcément un des points culminant émotionnellement de la saison, même si je l’ai vécu devant la TV. Je me souviens encore de l’épisode de la crampe et de l’immédiat coup de téléphone de mon père qui me disait que cela allait quand même le faire…

La victoire de La Pive (Jonathan Hivert) au sommet de l’alto de la Camperona sur la Vuelta Castilla-Y-Léon était sympa aussi. Le voir retrouver le chemin de la victoire après plusieurs saisons de disette fût un énorme plaisir partagé.

Quel est le coureur de l’équipe qui t’a le plus impressionné ?

J’ai découvert sur la 2ème partie de saison le jeune Mathieu Burgaudeau du Vendée U. Il a été stagiaire à plusieurs reprises à nos côtés. Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu un gamin aussi précoce et talentueux. Remporter une des plus difficiles classiques française, chez les amateurs, comme la Manche-Atlantique à 18 et 3 mois , puis s’affirmer chez les pros sur des courses comme la Tacx Classic… C’est tout simplement impressionnant. Encore quelques mois en couveuse au Vendée U et je pense que nous allons vite récupérer un coureur hors-norme.

En tant que sprinteurs de l’équipe, quels seront les rôles de Thomas Boudat et d’Adrien Petit en 2018 ?

Au-delà de son rôle de leader sur les Flandriennes et Roubaix, Adri (Adrien Petit)  est dans le domaine du sprint, plus un lanceur qu’un pur sprinteur. Il maîtrise parfaitement cet exercice et cela correspond plus à son tempérament. C’est donc naturellement qu’il sera la plus part du temps au service de La Boud (Thomas Boudat). Après une première saison pleine sur route et un Tour de France, il a maintenant tous les ingrédients en mains pour trouver le chemin de la victoire sur des épreuves de plus haut niveau.

Lilian Calmejane est-il le nouveau leader attitré de l’équipe ?

Le bilan de ses 2 premières saisons chez les professionnels parle en sa faveur. Il s’approprie naturellement une « partie » de la place laissée vacante par Thomas. Mais, méfions-nous des comparaisons ! Voeckler faisait du Voeckler et Calmejane doit faire du Calmejane.

Pour moi, le leader attitré de l’équipe est et doit rester l’équipe en elle-même… Le collectif a toujours été placé au centre de notre philosophie et je pense que c’est la meilleure façon pour accumuler les succès.

Quels seront les objectifs de l’équipe en 2018 ?

Comme pour les années passées, gagner un maximum de courses en cultivant notre obsession du collectif doit rester une notre priorité. Nous avons certes des compétiteurs dans le groupe mais nous avons surtout des gagneurs et si nous pouvions comme en juillet dernier y ajouter une nouvelle étape du Tour cela serait parfait.

Peux-tu nous parler des nouvelles recrues pour la saison 2018 ?

Rein est un coureur talentueux bien connu en France. Après un début de carrière assez impressionnant, il s’est peut-être un peu perdu dans les méandres du World Tour. Le relancer ne devrait pas être quelque chose d’insurmontable. Un peu de repos car il vient tout juste de terminer sa saison en Chine, et un hiver bien construit devrait lui permettre de vite retrouver le chemin du succès.

La Couse (Jérôme Cousin) et le Grand Gaudin (Damien Gaudin) sont déjà chez eux en revenant dans la structure. La Couse est un coureur polyvalent  capable de s’illustrer sur beaucoup de terrain. Je pense qu’il va très vite être compétitif.

Le grand Gaudin sort lui d’une très belle saison avec l’armée de Terre. Même si sa marge manœuvre devrait se réduire un peu chez nous, il reste l’un des meilleurs spécialistes français des prologues et de Paris-Roubaix. Son association avec Adri et Sylvain (Chavanel) sur les classiques va être très intéressante.

Axel Journiaux et Simon Sellier ont fait leurs preuves au Vendée U et c’est tout naturellement qu’ils nous rejoignent. Ils vont découvrir un autre niveau, un autre monde mais ils sont équipés pour apprendre très vite et je pense que la façon de courir des professionnels devrait leur convenir.

data-href="http://www.teamdirectenergie.com/lylian-lebreton-saison-tres-satisfaisante/" data-numposts="5">