Sport /

[Interview] Thomas Boudat, un rêve olympique

Publié le 11-08-2016

Une chose est sûre, l’équipe ne chôme pas ce mois d’août. Engagés sur 7 courses, les hommes de la formation Direct Energie sont présents sur les routes de France et d’Europe. Pour Thomas Boudat, c’est une autre histoire. A 22ans, le champion du monde de l’Omnium va participer à ses premiers Jeux. Sur la piste de Rio, avec son maillot tricolore, il tentera d’aller au bout de son rêve: décrocher une médaille olympique.

Thomas, comment s’est passée ton installation sur le village Olympique ?

Mon installation s’est bien passée. Je suis dans le même appartement que les sprinters. J’ai une chambre individuelle, heureusement, car elles sont assez petites. Les athlètes français sont rassemblés dans un énorme bâtiment où tout est mis en place pour optimiser notre récupération: présence des kiné, bain froid, bottes de pressothérapie…

Tu entres en piste dans quelques jours…

Je suis engagé sur l’Omnium. Les épreuves se dérouleront dimanche 14 et lundi 15 août. Chaque discipline de l’Omnium est à prendre au sérieux. J’espère faire un bon kilomètre et un bon tour lancé. Si c’est le cas, tout ira bien.

Les Jeux Olympiques, c’est ton objectif numéro 1 cette saison…

J’ai organisé ma saison autour de cet événement car c’est le plus grand et le plus important au monde. C’était un rêve d’y participer et de représenter la France au plus haut niveau. Je suis impatient de prendre le départ. Je m’attends à ce que ça soit la course la plus dure de ma vie.

Les médias français s’intéressent un peu à toi ?

Pour l’instant, non, je ne suis pas trop sollicité. Les médias sont beaucoup plus tournés vers les sprinters et cela n’est pas plus mal. Au moins je suis tranquille et je peux peaufiner ma préparation.

A quoi ressemblent tes journées au Brésil ? Tu as le temps d’aller encourager les autres Bleus ?

Je peux m’entraîner tous les jours sur un créneau de 2 heures. Et ensuite, tout est axé sur la récupération afin d’arriver avec le plus de fraîcheur possible sur la compétition. Malheureusement, je n’ai pas le temps d’aller voir d’autres épreuves mais quand je peux, je suis à la télévision les épreuves des autres Français. J’aurai le temps de profiter après mes passages.

La question revient souvent: comptes-tu te focaliser sur la route après les Jeux Olympiques ?

Il est clair qu’après les Jeux, je vais me consacrer exclusivement à la route et je ne ferai de la piste que pour mon plaisir personnel. Même s’il me reste un dernier challenge à entreprendre sur piste.

Nous aurons donc le plaisir de te revoir sur les routes d’ici la fin de saison ?

Evidemment, oui. Mon retour n’est pas encore fixé mais c’est certain que je prendrai part à des courses d’ici le mois d’octobre et j’espère bien y briller ! Je réfléchis encore quant à la possibilité de faire le mondial au Qatar. C’est à voir car depuis les années Juniors, je n’ai jamais eu la chance de pouvoir prendre de vraies vacances.

Retrouvez Thomas Boudat sur Twtter, @La_Boud.
Tous vos messages d’encouragement, c’est avec #AllezLaBoud.

 

 

data-href="http://www.teamdirectenergie.com/thomas-boudat-un-reve-olympique/" data-numposts="5">